découverte du ciel et de la terre
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 comment choisir son instrument

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
roger
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1985
Age : 53
Localisation : ain , oyonnax
matériel : Nikon D300, canon 40D
Loisirs : astronomie , géologie, météo
Date d'inscription : 07/02/2005

MessageSujet: comment choisir son instrument   Lun 8 Déc - 19:59

un site décrit ce qu'il faut savoir sur les différents instruments lors d'un premier achat.

Choisir rapidement votre instrument



Lunette astronomique

De même que choisir une habitation, une voiture ou un lieu de vacances, acheter un télescope comporte un choix hautement subjectif.

Il n’y a pas de télescope type qui convient à tout le monde.

Votre style de vie et vos buts astronomiques sont des critères qui influencent sur le genre d'instrument qu'il vous faut. Passer un peu de temps à analyser vos motivations vous aidera à faire un choix intelligent.

Vous trouverez ci-dessous quelques indices concernant les différents modèles et autres critères qui entrent en ligne de compte pour votre décision d'achat.




1: L’ouverture est le facteur le plus important



La spécification la plus importante d’un télescope, ce n’est pas son grossissement, mais c’est sa capacité à absorber un maximum de lumière, déterminée par son ouverture principale, que ce soit un miroir ou des lentilles.

L’ouverture correspond au diamètre de l’élément principal du système optique, un miroir ou une lentille. Plus il collecte de la lumière, plus l’on peut voir de choses.

Les télescopes que l’on voit dans les publicités avec des grossissement de 450 x sont (presque) toujours des instruments de mauvaise qualité. La puissance est ajustée en changeant d’oculaire, les faibles agrandissements fournissent des images plus brillantes et plus nettes.


2: Quel diamètre dois-je prendre ?


Lunette 70mm Newton parabolique de 130mm Newton parabolique de 200mm
Réfracteur de 70 mm
Poids complet 4.5 kg

Réflecteur de 130 mm
Poids complet 7 kg

Réflecteur de 200 mm
Poids complet 38 kg



Pour voir les cratères de la lune, les anneaux de Saturne, et le ballet des 4 lunes de Jupiter, un réfracteur de 60 ou 70 mm d’ouverture ou un réflecteur de 76 mm va très bien.

Un réfracteur de 80 à 90 mm ou un réflecteur de 114 à 130 mm montrera plus de détails sur les planètes et la lune, aussi bien que des nébuleuses éclatantes ou des amas d’étoiles étincelantes.

Sous un ciel bien sombre, un 150 à 300 mm ou plus servira à donner de magnifiques images des faibles amas d’étoiles, nébuleuses ou galaxies. Plus l’ouverture est grande, plus de détails vont apparaître sur les planètes aussi bien que le ciel profond.

Mais n’ayez pas les yeux plus gros que le ventre, et songez au volume et au poids. Avant d’acheter, considérez soigneusement la taille et le poids du télescope.

Contrôlez bien que vous pouvez facilement soulever et transporter l’instrument, et que vous avez la place pour le ranger.


3: Réfracteur, Réflecteur ou Hybride ?


Réfracteur ou Lunette astronomique Réflecteur ou télescope de Newton
Cassegrain Réfracteur ou lunettes astronomique

Réflecteur ou télescope de Newton

Hybride ou
Maksutov-Cassegrain
Maksutov-Newton



Les différents types de télescopes ont tous la même fonction, ils recueillent et focalisent la lumière.

Les réfracteurs le font avec un objectif à plusieurs lentilles, le réflecteur utilise un miroir concave, et le hybride emploie miroirs et lentilles.

Les réflecteurs et Maksutov-Newton sont exclusivement destinés à l'astronomie. Ils rassemblent plus de lumière pour l’argent investi, mais ils donnent une image à l’envers, et sont donc inutilisables en observation terrestre.

Les réfracteurs et hybride de type Cassegrain peuvent aussi bien servir à l’observation céleste que terrestre.

Les réfracteurs donnent une qualité d’image formidable mais sont assez chers pour les grands diamètres, en comparaison d’un réflecteur.

Les Cassegrain sont encore plus onéreux aussi mais offrent un tube compact pour leur ouverture.


4: Et les montures et trépieds des télescopes ?


Monture altazimutale Monture équatoriale

Monture altazimutale Dobson
AZ ou Azimutale

EQ ou Equatoriale

AZ Dobson



La plupart des télescopes sont livrés avec un trépied et une monture robuste, qui placent l’oculaire à la hauteur de l’œil. Faites attention aux télescopes de table qui sont superbes pour les voyages, par contre il faut avoir une table ou le poser a même le sol.

La monture la plus simple à utiliser, l’azimutale, permet un mouvement droite-gauche et haut-bas. Elle va très bien pour les observations terrestres et les observations célestes sporadiques (la monture AZ Dobson construite pour les réflecteurs de grand diamètre est la monture azimutale la plus populaire). Les nouvelles générations de monture azimutale sont de plus en plus disponible avec une motorisation pour un suivi des objets céleste (pas aussi précis que sur une équatoriale mais suffisant pour la majorité des observateurs). Existe en version GoTo.

La monture équatoriale est connue seulement pour l’astronomie. Elle offre l’avantage de permettre à l’astronome de suivre le mouvement des objets du ciel au moyen d’un flexible de contrôle ou grâce à une motorisation électronique. Les montures équatoriales permettent de localiser les objets du ciel par leurs coordonnées célestes, ascension droite (AD) et déclinaison (DEC) ainsi que faire de l'astrophotographie. Existe en version GoTo.


5: En conclusion...



Choisir un télescope implique un compromis entre la taille et le côté pratique. Les plus grands vont toujours vous montrer plus, mais les plus petits sont plus simples à manipuler.

Dernière ligne: le meilleur télescope, c’est celui que vous allez utiliser le plus souvent. Choisissez en connaissance de cause!




Choisir dans les détails un télescope



Maksutov-Cassegrain

Comment déterminer quel est le bon télescope, dans la jungle des offres, quand on est un amateur enthousiaste, mais inexpérimenté?

Pour répondre à cette question nous devons expliquer les différences entre les types de télescopes.

Mais, avant d’entrer sérieusement en matière, nous vous proposons de prendre quelques instants pour vous familiariser avec quelques notions de base générales sur les télescopes astronomiques




1: Le diamètre est le facteur le plus important



La spécification la plus importante pour n’importe quel télescope est son ouverture. Ce terme se réfère au diamètre de l’élément principal du système optique, un miroir ou une lentille.

L’ouverture détermine ses deux caractéristiques essentielles, sa clarté (l’apparente luminosité des objets observés) et sa résolution maximale (les plus fins détails observables). Il y a d’autres critères à considérer en choisissant un télescope, mais si vous ne retenez qu’une chose de votre lecture, mémorisez ceci: plus grande est l’ouverture du télescope, plus vous verrez d’objets et de détails.


2: Ne soyez pas attiré par la puissance (ou grossissement)


La lune avec un grossissement approprié Vue au-dessus du grossissement limite
La lune avec un grossissement approprié, par bonnes conditions météo
Vue au-dessus du grossissement limite, l'image devient trop floue pour être utile



Malheureusement, la première question de la plupart des amateurs n’est pas « quelle est l’ouverture du télescope ?» mais « quel est son grossissement »? La vérité c’est qu’on peut forcer un télescope à n’importe quel grossissement, suivant l’oculaire utilisé.

Les grossissements les plus utilisés varient entre 30x et 130x, au delà la qualité du ciel doit être parfaite. Et de plus comme la plupart des observateurs ne son pas au sommet des Andes....


Le véritable facteur qui limite le grossissement maximum, vous l’avez deviné, c’est l’ouverture. Lorsque la puissance augmente, l’image s’agrandit et la lumière emmagasinée dans le télescope est dispersée sur une plus grande surface, donc l’image s’assombrit. Il y a aussi une limite absolue de la résolution en fonction de l’ouverture, qui est déterminée par les propriétés physiques de la lumière. Quand le grossissement est poussé au-delà de cette limite, on n’obtient pas plus de détails et l’image s’assombrit et devient complètement floue.

La puissance maximale utilisable est de 2 fois le diamètre de l’ouverture en millimètres. Cela donne 100 à 120 x pour les petites lunettes astronomiques (réfracteurs), ce qui est largement suffisant pour admirer les merveilles du ciel, telles que les anneaux de Saturne ou les bandes nuageuses de Jupiter. La règle de 2 fois le diamètre est une règle simplifiée, elle peut varier, en plus ou moins, selon la qualité optique du télescope en question, et la vision de l’utilisateur.

Les observateurs expérimentés utilisent généralement beaucoup moins de puissance: 0,5 à 1,0 x le diamètre est le plus approprié pour la plupart des objets. Toutes les publicités proclamant que des télescopes de diamètre 60 mm donnent de belles images à 450 x (7,5 x le diamètre) sont un non-sens.


3: Plus c’est grand, plus c’est beau, mais...


Compact et transportable Lumineux et performant
Compact et transportable

Réflecteur
ou
télescope de Newton




Le diamètre est la première chose à considérer sur un télescope, mais il y a des exceptions dans la formule « plus c’est grand, plus c’est beau ». Une chose saute aux yeux: la transportabilité. Les plus grands télescopes sont effectivement immenses, il faudrait avoir un site permanent, ou une camionnette, ou une équipe de fanatiques à votre service!

Il faut trouver le compromis entre les performances et la portabilité, ce qui va varier pour chacun en fonction de ses possibilités pour stocker et porter son équipement.

Pour débuter il est recommandé de prendre un télescope d’ouverture raisonnable, qui permette d’éveiller ses intérêts, mais d’une taille qui se manipule facilement.

Ne succombez pas à la «fièvre du grand diamètre»: ne choisissez pas le plus grand diamètre possible. Ces instruments gigantesques sont rapidement des proies de la poussière au fond d’un garage, et leur propriétaire perd son enthousiasme et est désillusionné.


4: La limite c’est ... LE CIEL


Ciel trop clair Ciel trop pollué
Ciel trop clair

Ciel trop pollué




La seconde limitation des grands télescopes est moins évidente, mais elle apparaît après les premières sessions d’observations: l’atmosphère limite ce que vous pourrez voir. Les étoiles et les planètes, vues au travers d’un télescope, apparaissent miroitantes et scintillantes parce que leur lumière passe au travers de l’air et se déforme.

Ce phénomène est connu, dans le monde des astronomes, sous le nom de la visibilité. Il est particulièrement apparent et gênant avec les télescopes de grand diamètre. La lune et les planètes en sont fortement affectées, car on utilise les forts grossissements pour observer les détails. Un fort grossissement amplifie également les turbulences de l’air.

La distorsion due à la visibilité varie selon le comportement des courants d’air de la haute atmosphère et, dans une moindre mesure, selon l’altitude et la topographie du site d’observation. Par une nuit moyenne, dans un site moyen, les turbulences vont abaisser la limite du grossissement utile vers 250 à 300 x, ainsi les télescopes de plus de 250 mm d’ouverture vont être limités dans leur potentiel.

Les télescopes de plus de 250 mm sont le plus souvent choisis par des astronomes désireux de «récolter» le maximum de lumière possible pour observer des nébuleuses, galaxies et amas d’étoiles de très faible intensité. Ces objets du «ciel profond», sont souvent observés avec des grossissements nettement plus faibles (50 à 150 x) que les planètes, donc la visibilité cause moins de problèmes.




5: Les montures de télescope



Le dernier sujet important à traiter avant de parler des systèmes optiques c’est les montures. Les télescopes sont généralement équipé d’une monture azimutale ou AZ (qui pivote sur l’axe droite-gauche (azimut), et l’axe haut-bas (altitude) ou d’une monture équatoriale ou EQ, qui se positionne pour avoir un mouvement de rotation (axe polaire ou ascension droite) autour de l’axe de la terre.

Les montures azimutales (AZ)

Les montures azimutales sont généralement légères et simples d’emploi, elles sont préférées pour les observations astronomiques et terrestres.


Monture azimutale

Monture azimutale

Monture azimutale
Monture AZ1 et AZ2

Monture AZ3

Monture AZ Dobson



Les meilleures ont des flexibles de commandes qui permettent des mouvements fins, et sont très utiles pour des grossissements jusqu'à 150 x.

Les montures de type AZ Dobson sont une variante de la monture azimutale. Elles utilisent des matériaux peu communs en astronomie, comme le contreplaqué et le Téflon, une construction compacte, simple et extrêmement stable, bien adaptée aux télescopes de grand diamètre de type Newton. Tout cela pour un prix très modéré. Même sans flexible de mouvements fins et sans moteur électrique, un Dobson bien fait permet de suivre manuellement, grâce au roulement Téflon, et avec un peu de pratique, des objets jusqu'à des puissances de 200 x ou plus. Maintenant disponible en version motorisée permenet un suivi des objets céleste.

Les montures équatoriales (EQ)

Les montures équatoriales sont dessinées spécialement pour l’astronomie, et ne sont pas recommandées pour l'observation terrestre (quoique possible).


Monture équatoriale

Monture équatoriale
Monture équatoriale
Monture équatoriale
Monture EQ1

Monture EQ2

Monture EQ3-2

Monture EQ5



Leur avantage c’est de pouvoir suivre beaucoup plus facilement le mouvement des étoiles dans la voûte céleste.

Ce mouvement peut être obtenu soit par un flexible de commande manuelle, soit par une motorisation électronique.

Les observateurs qui sont essentiellement intéressés par la lune et les planètes préfèrent les monture équatoriale du fait de la facilité d’observation à fort grossissement. Vous avez aussi besoin d’une monture équatoriale si vous voulez faire de la photographie astronomique.

Chaque télescope a sa propre monture équatoriale, en fonction de son poids (EQ1, EQ2, EQ3-2, EQ5, HEQ5 Pro et EQ6 Pro).


Montures HEQ5 Pro

Montures EQ6 Pro

Monture HEQ5

Monture EQ6 Pro

6: Un télescope différent pour chaque personne



Maintenant que vous comprenez les principes de base des performances d’un télescope et de leur monture, nous pouvons étudier les trois systèmes optiques de base des télescopes: les réfracteurs (lentilles), les réflecteurs (miroir) et les télescopes hybride ou catadioptriques composés de miroirs et de lentilles.


7: Réfracteur (lunette astronomique - système à lentilles)



Un réfracteur, c’est ce qu’imagine un non-astronome quand il entend le mot «télescope». Son tube est le plus souvent long et mince, monté sur un trépied, avec une lentille d’objectif à une extrémité et un oculaire à l’autre.


Réfracteur ou Lunette astronomique


Trajet de la lumière
à travers le réfracteur

(traits jaunes)

lunette astronomique selon Frauenhofer (FH)


Les réfracteurs sont les premières lunettes astronomiques qui ont été inventées, et les meilleurs réfracteurs donnent toujours la meilleure image, tous systèmes confondus à diamètre égal. Ils sont souvent choisis par les observateurs qui ont un intérêt dominant pour la lune et les planètes, car ils peuvent offrir une image nette, précise, contrastée à fort grossissement, et ils sont aussi moins sensibles aux conditions de visibilité que les autres systèmes. D’autre part, ils nécéssitent moins de maintenance que les réflecteurs et catadioptriques, c’est ce qui les rend très populaires parmi les débutants. Les bonnes performances au forte puissance, et la relative insensibilité à la pollution lumineuse, en font un bon instrument pour un citadin. Ses possibilités offrent en outre la possibilité de voir les objets généralement observables en ville ou dans la banlieue.

Ses avantages ont leur un prix: les réfracteurs sont plus chers à ouverture égale. Les grandes lunettes astronomiques peuvent coûter quelques milliers de francs, et sont quand même considérées comme trop petites pour des observations sérieuses du ciel profond. La longueur focale importante des réfracteurs restreint le champ de vision, ce qui rend difficile l’observation d’un objet étendu dans le ciel, comme des amas d’étoiles larges. Leur tube long demande aussi un trépied haut, qui s’il est mal fait, peut rendre le télescope instable par petit vent, ce qui rend une observation à fort grossissement difficile.


8: Réflecteur (télescope de Newton - système à miroirs)




Les réflecteurs utilisent des miroirs, au lieu de lentilles, pour emmagasiner et focaliser la lumière. Le système à miroir selon Newton est le plus courant, un miroir primaire concave (forme d’une assiette) est placé au fond du tube optique. Un petit miroir secondaire plan, placé à l’autre bout du tube (partie ouverte), dévie la lumière sur le côté, là où se placent les oculaires.


Réflecteur ou télescope de Newton


Trajet de la lumière
à travers le réflecteur

(traits jaunes)

télescope selon Isaac Newton

Les Newton offrent la plus grande ouverture pour un prix donné et, quand ils sont bien faits, ils donnent des images nettes, des vues contrastées qui peuvent rivaliser avec un bon réfracteur. Le centre de gravité bas et le positionnement de l’oculaire en haut du tube donnent un confort appréciable, avec la possibilité de les stabiliser avec un trépied moins lourd et moins haut que les réfracteurs de même taille.

Les grands réflecteurs de 250 mm de diamètre et plus, sur monture Dobson sont les plus populaires pour les astronomes qui recherchent un maximum de lumière pour observer le ciel profond. Ces géants sont réellement efficaces dans un site où le ciel est bien noir, sans la pollution lumineuse des villes. La meilleure valeur et efficacité revient aux Newton plus compacts, entre 114 et 200 mm, montés sur une monture équatoriale ou de type Dobson. Ils constituent un très bon choix pour l’amateur qui a un intérêt général.

Les télescopes de Newton nécessitent occasionnellement une maintenance. Contrairement aux lentilles dans les réfracteurs, les miroirs des réflecteurs demandent périodiquement un alignement, ou collimation, pour donner leurs meilleures performances. Bien des débutants sont intimidés par la collimation, mais ce n'est vraiment pas difficile, il suffit de quelques minutes, une fois qu’on a la main. Le tube d'un Newton étant ouvert, il est plus sensible à l’air et à l’humidité que celui d’une lunette astronomique, et si on le laisse sans son couvercle, il peut prendre la poussière et des saletés, ce qui nécessite un nettoyage occasionnel. Ces détails de maintenance sont parfois exagérés, mais un télescope de Newton peut ne pas être le bon choix pour quelqu’un qui trouve ennuyant le fait de «bricoler» son télescope.


9: Télescopes Hybrides ou Catadioptrique (télescope - système à miroirs et lentilles)
Maksutov-Cassegrain, Maksutov-Newton, Newton-Catadioptrique



Les noms de Schmidt-Cassegrain et Maksutov-Cassegrain font référence à des télescopes catadioptriques, systèmes qui utilisent des lentilles spéciales et des miroirs, pour arriver au même résultat.

Le Newton-Catadioptrique est un évolution du simple Newton grâce à l’ajout d’une lentille de correction (pour les meilleurs), qui fait aussi office de doubleur de la focale du miroir primaire.


Maksutov-Cassegrain
Catadioptrique Newton


Trajet de la lumière

au travers d'hybride

(traits jaunes)

Télescopes:
Maksutov-Cassegrain
&
Schmidt-Cassegrain
Newton-Catadioptrique



Le Maksutov-Cassegrain est souvent cité comme donnant la meilleure qualité d’image, même s’il n’y a pas de théorie d’optique géométrique pour confirmer cette opinion. Le Maksutov a très probablement fondé sa réputation sur ses qualités supérieures en tant que catadioptrique, par son optique sphérique, plus facile à fabriquer avec une haute précision, que le système Schmidt-Cassegrain beaucoup plus complexe. Comme résultat, un fabricant qui contrôle dans les normes, va sortir un Maksutov moyen meilleur qu’un Schmidt moyen. Néanmoins, un fabricant consciencieux de la qualité va produire des télescopes de n’importe quel système catadioptrique avec de bonnes images. Pour un prix bien moindre les Newton-Catadioptrique offrent une grande transportabilité, et, pour les meilleurs une qualité optique tout à fait bonne.

Les catadioptriques présentent quand même quelques inconvénients. Comme tous les télescopes qui utilisent des miroirs, un alignement est occasionnellement nécessaire pour une performance de haut niveau. Le prix d’un catadioptrique est plus important que celui d’un Newton de même diamètre, mais il est moins onéreux qu’un réfracteur de taille identique. Une chose significative pour l’amateur de planètes, c’est que le miroir secondaire est beaucoup plus grand que celui d’un Newton ou Newton-Catadioptrique. Sa présence dans le cheminement de la lumière dans le télescope diminue le contraste dans les forts grossissements. En général, les astronomes désirant un télescope performant et facilement transportable ont trouvé, dans ce compromis, un instrument polyvalent. Il est devenu un instrument très populaire.


10: Le prix entre en considération.



Le budget est un facteur qui entre en compte dans presque chaque décision d’achat, mais il y a au moins trois erreurs, relativement au prix, qu’il ne faut pas faire.

A N’achetez pas le télescope le moins cher, dans une grande surface, entre le lait et la poudre à lessive, en espérant être émerveillé du ciel, puis ensuite pouvoir évoluer. Bien de ces télescopes sont de très pauvre qualité, et les frustrations énormes, cela peut même dégoûter pour toujours un jeune astronome enthousiaste.

B D’un autre côté, ne laissez pas tomber l’astronomie si le télescope de vos rêves est financièrement inabordable actuellement. Il y a beaucoup de très bons télescopes, à des prix raisonnables et de bonne qualité pour débuter, qui peuvent révéler des merveilles incroyables, et qui peuvent aider un novice à définir son intérêt, les planètes, la lune ou le ciel profond.

C Finalement, si le prix ne représente pas un grand obstacle, réfléchissez à deux fois avant d’investir dans le télescope disponible le plus grand, le plus lourd et le plus onéreux. Bien des télescopes grands et perfectionnés destinés aux astronomes expérimentés sont aussi les plus compliqués. Ce sont des instruments trop difficiles pour quelqu’un qui a toujours un peu de peine à situer la Grande Ourse.


11: La photographie du ciel ou astrophotographie



Avant de conclure, une rapide information pour le débutant qui veut passer tout de suite à la photographie avec son télescope tout neuf: ne le faites pas! Au moins, pas avant d’être familier avec le ciel et la manipulation de votre instrument.



L'astrophotographie est véritablement un autre métier. Cela prend beaucoup de temps de préparation, puis de prise de vues et ensuite de manipulations informatique. Tout un art!


La photographie du ciel peut devenir une passion merveilleuse donnant beaucoup de satisfaction. Mais le débutant qui veut faire tout trop vite et en même temps va se décourager. Bien sûr, si l’astrophotographie est votre intêrêt principal, c’est très bien de sélectionner un premier télescope qui évolue facilement vers la photographie.

Bien que tous les télescopes puissent prendre des photos (avec plus ou moins de succès), la qualification primordiale pour un instrument destiné à la photographie c’est une monture équatoriale avec un trépied stable comme un roc. Pensez aussi à la simplicité d’attache d’un appareil photo pour faire la mise au point. Pour beaucoup de raisons techniques et économiques, les télescopes catadioptriques de 200 mm de diamètre ou plus, sont les plus populaires pour la photographie du ciel. Ils sont aussi de bons instruments pour un usage général.


12: Le mot de la fin...



Quel est donc, le meilleur télescope ? C’est une décision qui doit être prise individuellement, mais nos trois meilleurs conseils sont:

A Le meilleur télescope pour vous c’est celui que vous allez utiliser le plus souvent. Un grand instrument, avec une optique merveilleuse ne va donner aucune joie s'il est consigné au placard.

B En mettant de côté toute autre considération, une plus grande ouverture (diamètre) va révéler plus de choses dans le ciel qu’un plus petit diamètre (je le sais déjà, allez- vous penser).

C Achetez votre télescope dans un magasin qui connaît bien les instruments et l’astronomie, et où on pourra vous offrir un support technique, même après votre achat (car vous aurez certainement des questions).

Notre conseil est de sélectionner un instrument bien fabriqué (optique-monture-trépied), d’un système optique qui correspond le mieux possible à vos premiers intérêts d’observation et à votre site d’observation le plus fréquent. Soyez sûr que sa taille le rendra facilement transportable (par vous seul et sans aide) et que vous pourrez l’utiliser souvent.

Ainsi vous pourrez vous émerveiller une vie entière, des spectacles magnifiques du ciel.




Un peu de théorie sur les télescopes


Les télescopes

Le système optique joue le rôle de l’objectif. Il y a plusieurs systèmes utilisés actuellement, soit à miroirs, soit à lentilles: les télescopes à miroirs (

de Newton, de Maksutov-Cassegrain, de Schmidt-Cassegrain, catadioptriques) et les lunettes astronomiques.
Que veulent dire ces

chiffres sur un télescope? D 114 / F 900 mm
D 114 mm = diamètre du miroir ou de l’objectif
F 900 mm = longueur focale du télescope
La luminosité

La luminosité est dépendante du diamètre du miroir ou de l’objectif. En général, plus le diamètre est grand plus le télescope est lumineux. Ainsi, plus l’instrument est lumineux, plus vous pourrez observer des objets peu lumineux et des détails.
Les grossissements

Les grossissements les plus utilisés varient entre 30x et 130x, au delà la qualité du ciel doit être parfaite. Et de plus comme la plupart des observateurs ne son pas au sommet des Andes....
Le grossissement minimum est égal au diamètre de votre instrument divisé par 6 (diamètre moyen de la pupille de votre œil).

Exemple: Diamètre du miroir 114 mm 114/6 = 19 x
Le grossissement résolvant c’est la valeur constante la plus importante du télescope. Cela correspond au grossissement qui donne le maximum de détails visibles avec un télescope précis. Nous le trouvons en prenant le diamètre du miroir en mm.

Exemple: Diamètre du miroir 114 mm = 114 x de grossissement résolvant, donc si vous grossissez 150 x, vous aurez les mêmes détails qu’en grossissant 114 x.
Le grossissement utile c’est celui qui est utilisable, où l’on voit quelque chose. Le grossissement utile d’un instrument est égal à 1,5 fois son diamètre (mesuré en millimètres), 90 fois pour une lunette de 60 mm et 170 fois pour un télescope de 114 mm.
Le grossissement "limite" dans des conditions atmosphériques exceptionnelles, on peut grossir jusqu’à 2,4 x le diamètre de l’instrument (mesuré en mm).
Le grossissement maximum c’est un chiffre commercial ne veut rien dire du tout, car c’est une valeur théorique inutilisable dans la pratique.
Les oculaires

Les oculaires sont les systèmes optiques qui permettent de grossir plus ou moins l’image. Ils sont interchangeables et différenciés par leurs longueurs focales et leurs diamètres.
Focales: F 25 mm, 12 mm, 9 mm, etc. Diamètres: 50 (haut de gamme), 31.7 (très bon) ou 24.5 mm
Comment calculer le grossissement?

C’est le rapport entre la longueur focale du tube optique et la longueur focale de l’oculaire.
Exemple:

Tube optique: F 900 mm. Oculaire: F 25 mm. Grossissement 900/25 = 36x
Que pourrez-vous observer?

Déjà avec des télescopes de petit diamètre (entre 60 et 114 mm), vous pourrez découvrir les plus beaux objets du ciel: la lune, les anneaux de Saturne, les bandes de Jupiter, les phases de Vénus ou de Mercure et les calottes glaciaires de Mars sont parfaitement visibles, mais aussi plusieurs nébuleuses et galaxies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cielsextremes.blogspot.fr/
 
comment choisir son instrument
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» comment choisir entre 2 stages
» Radiesthésie "comment choisir son pendule".
» pointeur laser pour pointer l'etoile,mais comment choisir
» Comment choisir un tarot ou un oracle.
» Comment choisir ses matériaux de construction. Saint Matthieu 7, 21.24-27

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
nature extrême :: nature extreme :: astronomie :: les intruments d'astronomie-
Sauter vers: